Dakar – Peugeot – 4 3008DKR Maxi pour la gagne


  • Publié le vendredi,05 janvier , 2018 á 4:03 | Dans la catégorie : Actualités, Hors-frontières, Peugeot, Rally Raid, Sport

    Par Patrick Hayot

  • Team info – Auteur d’un triplé historique en 2017, le Team Peugeot Total visera à nouveau la victoire. Pour ce faire, le 3008DKR devient maxi avec une largeur portée à… 2,40m ! Outre un gain en stabilité, il gagne aussi en puissance et couple. Il faut bien cela puisque la concurrence, si elle s’est montrée menaçante l’an dernier, a également évolué. Sans compter que cette année, les 4RM voient le poids abaissé de 100 kg, que le débattement des suspensions est augmenté de 3 cm et que le 3008DKR est lesté de 70 kg supplémentaires.
    Le constructeur français n’a pas changé la composition de ses équipages. Et si le favori est bien Petrehansel (#300 – couleur jaune), vainqueur en 2016 et 2017 avec son employeur actuel, il a également au marquoir 5 autres victoires en auto et 6 en moto ! Excusez du peu et respect.
    On se doute que durant une bonne partie des 14 étapes, les pilotes seront libres d’attaquer… Même ses partenaires. Du coup, les 3 autres équipages ont la cote.
    Rapide, coriace, mais parfois chien fou, Carlos Sainz (#303 – couleur bleue) a tout de l’outsider de luxe. Pourtant, il méritrait tant de rééditer sa victoire de 2010.
    Pour Loeb (#306 – couleur blanche), le challenge est encore plus important puisqu’il devrait faire sa dernière participation cette année. Leader dès sa première apparition – sur un parcours plus WRC taillé à sa mesure -, il a encaissé, appris et pour cette 3ème participation, il devrait faire étalage de sa maturité. Il est presque obligé de faire mieux que sa 2ème place de l’an dernier.
    Reste Cyril Despres (#308 – couleur rouge). Tout comme Peterhansel, il a lui aussi été un maître en moto avec 5 victoires au général. Un ton moins médiatique que Peterhansel et Loeb, il est pourtant un pilote qui roule avec sa tête et sa prestance et façon de faire pourrait être récompensée à nouveau par un podium final. Il est lui aussi capable de monter sur la plus haute marche.
    Techniquement, il y a du changement donc, mais aussi au niveau lecture de cartes puisque A.S.O. les a tout simplement interdites dans le bolide cette année. Vive la bousolle, mais là, ce sont les copilotes qui vont en baver.
    Ils ont dit
    Bruno Famin, Directeur de PEUGEOT SPORT
    « Tenant des deux derniers titres, dont le triplé de 2017, notre objectif ne peut être que de remporter ce Dakar 2018 ! Mais la course est loin d’être gagnée d’avance ! Ce Dakar 2018 s’annonce comme une course passionnante mais très longue et où les difficultés ne vont pas manquer. Le parcours est plus long que l’année dernière et aussi beaucoup plus difficile avec de grandes étapes de sable, dès le départ, au cours desquelles peuvent se créer déjà de gros écarts. L’étape marathon de 1000km sera aussi un gros morceau et l’Argentine ne sera pas plus facile !  En ajoutant une concurrence qui a travaillé et un fort réajustement réglementaire, nul doute que la course va être extrêmement compliquée ! Viser la victoire dans un tel contexte est donc déjà un bel objectif ! Pour cela, outre les qualités de la PEUGEOT 3008DKR Maxi, notre force est de pouvoir compter sur quatre équipages capables de se battre pour la victoire. »
    Stéphane Peterhansel (PEUGEOT 3008DKR Maxi n°300)
    « Je pense que cette édition va être une épreuve difficile. Son parcours fait référence aux origines africaines du Dakar avec beaucoup de désert, de dunes et peut-être quelques rebondissements sur les longues spéciales. Ça s’annonce très ouvert et peut-être que ce ne sera pas le plus rapide qui s’imposera. Au début de ce projet, je m’étais donné comme objectif de permettre à PEUGEOT de renouer avec le succès sur le Dakar. C’est fait et, pour ma part, je ressens moins de pression que les années précédentes mais j’ai tout de même très envie de gagner ce dernier Dakar avec PEUGEOT ! La voiture est encore plus performante que l’an dernier. Plus large, elle est plus facile à contrôler en virage et devrait nous permettre d’être encore mieux dans les dunes. Nous sommes tous contents de cette évolution que nous avons déjà testée sur plus de 5000 km d’essais, soit l’équivalent des sections chronométrées d’un Dakar .»
    Carlos Sainz (PEUGEOT 3008DKR Maxi n°303)
    « Je me sens bien à l’approche de ce Dakar. Je me suis préparé comme d’habitude en intensifiant ma préparation physique à l’approche du rallye. C’est notre dernier Dakar pour PEUGEOT et j’ai bien l’intention de le réussir. L’équipe a beaucoup travaillé pour développer cette nouvelle PEUGEOT 3008DKR Maxi qui marque un pas en avant. Je pense que, parmi tous les Dakar disputés en Amérique du Sud, cette édition est celle qui comptera le plus de kilomètres dans les dunes. La navigation sera délicate avec autant de hors-piste. Commencer tout de suite par autant de sable va rendre ce Dakar très intéressant. Dans de telles conditions, les caractéristiques de la PEUGEOT 3008DKR Maxi devraient nous aider. Cela dit, les évolutions de la réglementation technique ne nous sont pas favorables. Nous devrons composer avec ce paramètre. »
    Sébastien Loeb (PEUGEOT 3008DKR Maxi n°306)
    « Pour moi, c’est un peu l’année ou jamais pour la victoire. C’est ma dernière opportunité de l’emporter. L’an dernier, nous avons vu que nous avions la capacité de gagner. Daniel avait fait du bon boulot au niveau de la navigation. C’est motivant. Nous savons que nous pouvons le faire et j’y vais avec l’objectif de gagner, c’est sûr. Maintenant, il y a plein de paramètres qui rentrent en jeu sur un Dakar… C’est long et tu as vite fait de tout perdre pour pas grand chose surtout avec le retour en force des dunes. C’est positif pour le rallye par rapport à l’image que les gens se font du rallye-raid. En revanche, c’est un type de terrain sur lequel je n’ai pas énormément d’expérience. C’est clairement un parcours qui n’est pas en ma faveur. Pour ce qui est de la voiture, elle est plus stable, plus agréable à conduire, mieux amortie. Elle nous donne plus confiance et nous pouvons donc attaquer un peu plus fort. »
    Cyril Despres (PEUGEOT 3008DKR Maxi n°308)
    « Je suis déjà concentré sur le terrain et la difficulté des étapes. Les premières spéciales, au Pérou, auront lieu dans le sable. Nous n’avons pas eu l’habitude de passer autant de temps dans les dunes mais je suis plutôt serein car notre voiture est à l’aise dans le franchissement. La chaleur sera sensible au début et puis, très vite, nous serons confrontés à des spéciales plus étroites en montagne à des altitudes élevées. Et il y a aura aussi des spéciales comme Belèn et Fiambala, que l’on attaque toujours avec un peu de peur au ventre. Il y a de l’altitude, des sables mous, des waypoints jamais faciles à trouver qui rendent la navigation très compliquée. Ce Dakar sera un mix très difficile ! »
    Source Peugeot Total Team


    Photos ©2018 Peugeot Total Team

    , ,

    La rédaction vous propose...

  • Dakar – Qui s’offrira la 40ème ?
    Présentation – Il y a des repères comme ça qui, dans la vie, ont une signification, une saveur particulière....
  • Les commentaires sont fermés.