Essai express : Mercedes Classe V… comme volupté


  • Publié le jeudi,28 août , 2014 á 4:25 | Dans la catégorie : Actualités, Essai, Mercedes

    Par Patrick Hayot

  • Dans le genre essai express, celui-ci tient déjà une place particulière et fera certainement date car Si Ford avait déjà fait une entrée remarquable et remarquée avec son Tourneo, Mercedes apporte le luxe et la volupté en plus. Et si comparaison n’est pas raison, chacun a le mérite de révolutionner son secteur, disons que dans Classe V, on a encore moins l’impression d’être assis dans une camionnette… euh, pardon : dans un monovolume.
    Avec Mercedes, cela prend encore une autre dimension car, même si ce fut de très courte durée, et de remercier le garage Kalscheuer de Alleur (Liège) pour la mise à disposition de celui-ci, j’ai été très surpris de l’aisance de cette voiture dans le flot de circulation malgré de généreuses dimensions. Avis confirmé par une utilisatrice indépendante qui pour l’occasion rangeait son ludospace Peugeot Partner Tepee afin de découvrir ce tout nouveau double cabine.
    Quelle ne fut pas ma deuxième surprise quant elle me parla de Classe V en terme de voiture et non de camionnette !
    Il est vrai que l’assise est très bonne, que la présentation du tableau de bord est, dans la finition, la dotation équipement et le design, digne d’une berline de la marque à l’étoile. La seule déception venant de cet écran fixe qui vient défigurer ce bel ensemble.
    Il faudra pourtant s’y habituer, mais en une petite journée pas facile de faire une opinion définitive sur le sujet. Tout juste le temps d’apprécier la qualité des trains de roulement qui, malgré une monte de pneus en 245:25 18 s’est montrée exceptionnelle. Pas de poids sur la direction, pas de retours néfastes dans celle-ci, Mercedes a très bien filtrés ceux-ci tout comme il l’a fait pour l’ensemble de la caisse. La concession Kalscheuer de Ans m’ayant mis à disposition une version double cabine, j’en ai encore davantage apprécié ce côté voluptueux. Le seul point faible étant de voir mon compteur, surtout quant il est éclairé, et mes essuies-glace avant dans le rétroviseur intérieur. Tout cela est simplement dû en partie à ma position de conduite, mais principalement de la vitre intermédiaire qui équipe la paroi de séparation. Encore une fois, question d’habitude car ce n’est pas une tare, juste un gène de débutant qui s’estompera avec le temps car son propriétaire n’y prêtera plus attention. Pour preuve, ma « conductrice-témoin » du jour ne s’en est même pas rendu compte.
    De cette configuration de carrosserie, on en apprécie la facilité et le volume de chargement. Mais si il est un chose à recommander, c’est l’ouverture électrique du hayon. Celui-ci paraît bien lourd vu les dimensions et cette aide est plus que profitable d’autant qu’il y a un détecteur d’ouverture qui signale un obstacle au moment de la manœuvre. Bien utile si un autre conducteur vous serre de trop près dans un parking. De même, l’ouverture indépendante de la vitre de hayon est un plus.
    Comme dit ci-dessus, sur route, Classe V mérite son nom. De grande qualité, le confort est un plus indéniable. tout comme l’est l’aisance avec lequel Classe V évolue. il est vrai que sous le capot le 2,2 litres BlueTec est le plus puissant de la gamme. Ce V250 de 140 kW (190 ch) est secondé par une boîte 7G-Tronic Plus qui peut être utilisée de façon manuelle grâce aux palettes au volant. Elle est d’une douceur étonnante et le passage se fait sans-à-coups, ce qui contribue fortement à la sensation de conduite. De quoi aussi s’amuser, avec un temps de 9,1 s pour passer de 0 à 100 km/h, il étonne et procure bien du plaisir.
    Oui, du plaisir car en sus, on se surprend à rouler de manière bien plus vive et l’invite à dérouler sur les nationales à bon rythme n’est pas une provoc… C’est un p’ti bonheur que le train de roulement Agility Control permet aisément.
    Trop court que pour en jouir pleinement, j’en aurai apprécié le confort et le dynamisme. D’en  apprécier également l’équipement qui, dans cette version Avantgarde, propose le volant multi-fonctions, le pédalier sport, les phares LED avec Intelligent Light System au demeurant très efficace lors des virages, son hayon et portes latérales à commande électrique (option), les systèmes de prévention de collision et bien d’autres choses dont il me faudra un plus long essai que pour comprendre et découvrir tout.
    Et plus que certainement sa consommation. Mercedes parle de 6 litres au cent pour cette motorisation au niveau des données mixtes, fonction Stop/Start ECO de série. C’est franchement tout à fait plausible, même si je n’ai pu le vérifier scrupuleusement car, j’avoue, je me suis laissé aller et de lui imprimer un rythme rapide sur diverses nationales du pays.
    Désormais, je vais regarder ce monovolume d’un autre œil car Mercedes en a fait une voiture. Et rien que ça, c’est déjà une réussite ! (photos P Hayot – auto-center.be)
    Tarif (Belgique – au 1 juin 2014)
    version testée : V250 BlueTEC Avantgarde
    Prix : 42.810 euros (HTVA) / 51.800,10  euros (TVAC)
    Pack Sport extérieur Avantgarde : 850  euros (HTVA) / 1.028,50 euros (TVAC)
    Hayon Easy Pack : 590 euros (HTVA) / 713,90 euros (TVAC)
    Climatisation Thermotronic : 596 euros (HTVA) / 721,16 euros (TVAC)
    Pack de stationnement II : 1.350 euros (HTVA) / 1.633,50 euros (TVAC)
    Pack Assistance de trajectoire : 780 euros (HTVA) / 943,80 euros (TVAC)

    , ,

    La rédaction vous propose...

  • Essai – Kia Niro Hybrid
    Au sein de la gamme, la Niro de Kia est presque atypique. En effet, elle innove avec une nouvelle...
  • Essai : Mercedes CLA Shooting Brake 200 CDI
    Il y a plus de 10 ans, déjà, Mercedes créait la surprise en présentant CLS, berline au style très...
  • Essai express : Jaguar F-Type 3.0 S
    Saisir l’opportunité ! C’est un adage qu’il me plaît de dire et surtout d’appliquer. Et si parfois, il est...
  • Les commentaires sont fermés.