Jaguar F-Type Project 7


  • Publié le mercredi,25 juin , 2014 á 5:54 | Dans la catégorie : Actualités, Jaguar, Marque

    Par Patrick Hayot

  • Décidément le Festival of Speed de Goodwood est devenu un prétexte à tout, surtout dans le rang des départements des véhicules spéciaux des constructeurs. Mais à voir cette Jaguar F-Type… On est franchement pour !
    Et elle n’est pas à considérer comme un cabriolet…. car Project 7 est un véhicule image, mais aussi et surtout hommage à la célèbre D-Type, trois fois vainqueur aux 24 heures du Mans et dont on célèbre cette année le 60e anniversaire, dont elle reprend le bossage aérodynamique derrière la tête du « pilote » . Du coup, la voilà roadster, même si un toit spécifique fait partie de son équipement de base puisque 250 exemplaires seront construits et 3 seulement seront disponibles en Belgique avec premières livraisons à partir du second semestre 2015.
    Si le look est d’enfer, sous le capot, la mécanique n’est pas là que pour épater la galerie. Elle est prêter à amuser celui qui en sera l’heureux conducteur puisque le V8 essence suralimenté de 5,0 litres développe une puissance de 422 kW (575 ch) et un couple de 680 Nm. Au Grand Prix du feu rouge, la F-Type Project 7 est une sommité avec un temps de 3,9 s pour passer de 0 à 100 km/h. Le châssis tout alu aide à la tâche en limitant le poids à 1.585 kg, soit 80 kg de moins que la F-Type V8 S Cabriolet,. En pointe, elle fait vraiment  honneur à son nom puisque le constructeur l’a bridée grâce à l’électronique à… 300 km/h.
    Équipée de freins en céramique, la dotation fait appel à des disques de 398 mm à l’avant et 380 mm à l’arrière alliés respectivement à des étriers monoblocs à six et quatre pistons.
    Elle regorge aussi de quelques astuces dont l’échappement n’est pas la plus anodine puisque celui-ci est dotée d’un système actif modulable avec quadruple sortie et finition céramique noir mat. Le système utilise en fait des soupapes de dérivation commandée électroniquement dans sa partie arrière. Celles-ci sont configurées pour s’ouvrir selon une série de paramètres, modifiant de manière efficace l’acheminement des gaz d’échappement dans un dispositif à écoulement libre ininterrompu de façon à réduire la contre-pression et améliorer la sonorité.
    Toujours dans un soucis de vivre intensément et en toute sécurité la route, la suspension est paramétrable soit sur base de paramètres « généraux » et définis par le constructeur, soit personnalisable à souhait par son conducteur.
    Le système Adaptive Dynamics contrôle activement le mouvement vertical de la carrosserie, le taux de roulis et le taux de tangage en analysant en permanence les sollicitations du conducteur et le comportement routier du véhicule, réglant l’amortissement en conséquence jusqu’à 500 fois par seconde afin d’optimiser la stabilité.
    En sus, le répartiteur de couple au freinage (TVB), de série, applique intelligemment et rapidement une force de freinage précise à chaque roue. Ce qui affine la prise de trajectoire du véhicule en virage. Il travaille de concert avec le différentiel électronique actif qui peut passer de l’ouverture au blocage intégral du couple en 200 millisecondes afin d’optimiser la traction, l’agilité en virage et, surtout, maximiser le ressenti et la souplesse de la direction.
    L’aéro est tout aussi travaillée. D’une part par la réduction de la hauteur du véhicule avec 3 cm de moins par rapport à la F-Type Cabriolet, mais surtout d’apprendre l’abaissement du pare-brise de… 11,4 cm ! De nouvelles fenêtres latérales ont été redessinées pour être en harmonie avec le nouveau profil du véhicule. D’autre part, par la présence d’ajout en carbone qui au cumul permet un gain en appui de 117 % par rapport à la Cabriolet à sa vitesse maxi.  Le pont arrière, les ouïes de capot, les prises d’air latérales et les coques de rétroviseurs sont également en fibre de carbone.
    Le conducteur et le passager de la F-Type Project 7 prendront place dans des sièges baquets légers inspirés de la compétition. Toujours dans cet esprit, ils reçoivent une finition matelassée avec des motifs en losange et se complètent des harnais à 4 points. Ceux-ci sont toutefois une option « accessoire ».
    Chaque voiture arborera une plaque numérotée spéciale située entre les deux sièges et signée par Ian Callum.
    La F-Type Project 7, dont le nom fait référence aux 7 victoires historiques de Jaguar aux 24 heures du Mans, sera proposée en cinq couleurs métallisées : Ultra Blue, Caldera Red, British Racing Green (toutes avec autocollants  blancs), Ultimate Black et une nouvelle teinte, Glacier White (avec autocollants gris).
    Premier véhicule hautes performances créé par l’équipe Opérations spéciales de Jaguar Land Rover, le pedigree est donc de haut vol. (source / photos Jaguar)


    « La division Opérations spéciales a pour objectif de développer une gamme de produits et services permettant à nos clients les plus avisés et les plus enthousiastes d’assouvir leur passion pour nos voitures. La F-TYPE Project 7 est l’exemple parfait d’un tel produit. C’est la Jaguar de série la plus puissante jamais construite. Elle rend hommage aux sept victoires de la marque aux 24 heures du Mans, avec des éléments de design distinctifs inspirés de la D-Type, dont on fête le 60e anniversaire cette année. » – John Edwards, directeur général des Opérations spéciales de Jaguar Land Rover

    , , , ,

    La rédaction vous propose...

  • Audi R8 Spyder V10 plus, la haute performance à ciel ouvert
    Nouveauté – Avec son V10 5.2 FSI de 448 kW (610 ch) à 8.700 tr/min, ce sont 51 kW...
  • Jaguar F-Type passe au 4 cylindres 2 litres
    Nouveauté – Jaguar l’avait laissé entendre dès sa production. La F-Type serait bien déclinée en motorisation à 4 cylindres....
  • Bruxelles – Abarth 124 Spider et 595
    Palais 5 – Place au sport ou, à tout le moins aux sensations fortes avec pour les amateurs du...
  • Alfa Romeo 4C Spider « Edizione Corsa »
    Série limitée – Alfa Romeo a réservé une sacrée surprise à ses clients lors du Zoute Grand Prix 2016...
  • Les commentaires sont fermés.