Jaguar Land Rover – La mobilité 3D et à ultrasons


  • Publié le mardi,12 juillet , 2016 á 6:37 | Dans la catégorie : Actualités, Jaguar, Land Rover, Range Rover

    Par Patrick Hayot

  • Conduite autonome – À chacun sa spécialité serait-on tenté de dire, mais le groupe Jaguar Land Rover (JLR) a la caractéristique du constructeur, quasi, généraliste, mais aussi de celui des tout-terrains même si cette connotation devient de plus en plus ténue.
    Pour ne pas manquer le train de l’avenir en matière de véhicule à conduite autonome, JLR a développé toute une série de technologies de recherche innovantes qui permettront aux futures voitures autonomes de conduire seules sur n’importe quelle surface ou terrain.
    Ainsi exprimé, cela paraît logique.
    Au détail, c’est assez impressionnant puisque l’algorithme est puissant et les divers capteurs et caméras aussi. Car le défi était de rendre la voiture autonome viable en situation réelle quelle que soit les conditions climatiques, mais également en conditions hors route. Ce qui est effectivement fort différent.
    Tony Harper, Directeur de la recherche, Jaguar Land Rover, déclare : « Nos recherches sur
    l’autonomie en tout-terrain ne visent pas seulement à rendre la voiture capable de conduire
    seule sur l’autoroute ou dans des situations tout-terrain extrêmes. Le but est que le véhicule
    conduit et autonome puisse rouler en toute sécurité sur n’importe quel terrain et dans
    n’importe quelle situation. Qu’il s’agisse de travaux sur les routes avec cônes et voie à contresens, d’une route de montagne recouverte de neige ou d’un sentier forestier boueux, ces aptitudes de pointe seront disponibles à la fois pour le conducteur et la voiture autonome, et le conducteur pourra laisser le contrôle à la voiture s’il n’est pas certain de la meilleure façon d’affronter un obstacle ou un danger. »
    Tout se base sur ses « yeux »
    Le principe pour donner de l’autonomie à un objet motorisé, c’est de lui adjoindre la capacité, via un programme, d’analyser de façon préventive et réactive toutes les situations auxquelles il est confronté dans l’instant présent.
    Pour atteindre un tel niveau d’autonomie en tout-terrain, les chercheurs ont travaillé sur des technologies de capteur nouvelle génération basé sur les ultrasons qui « balayent » la surface sur une portée de 5 m. Elles sont couplées aux caméras du TBSA (Terrain-Based Speed Adaption) pour détecter un terrain accidenté, y compris les surfaces inégales et ondulantes, les routes bosselées, les nids-de-poule et même l’eau stagnante. L’intelligence artificielle est telle que ces capteurs, constamment actifs, pourront également être utilisés pour analyser la rugosité de la route ou de la piste et adapter la vitesse du véhicule. C’est cette détection avancée qui pensera et planifiera elle-même la route à prendre, quelle que soit la surface.
    Aussi complexe que ambitieux, cette détection 3D combine caméras, ultrasons, radars et capteurs LIDAR pour donner à la voiture une vue de l’environnement sur 360 degrés. D’anticiper ainsi le passe du bitume à la neige, ou de l’herbe au sable. Cela permettra d’optimiser les performances tout-terrain, sans perte de vitesse ou de contrôle.
    JLR est déjà loin de son procecus puisque le système détecte les branches en surplomb de la route ou les barrières de parking via le scanning du dégagement en hauteur (Overhead
    Clearance Assist). Et c’est abouti puisqu’il suffit d’indiquer si vous avez un coffre de toit, des vélos pour être informé, via un message simple affiché sur l’écran tactile d’infodivertissement,si le dégagement est suffisant.
    Serait-on déjà à la perfection puisque lors d’une présentation tout-terrain en première mondiale, Jaguar Land Rover a connecté deux Range Rover Sport au moyen de la technologie DSRC (Communications dédiées à courte portée) pour créer un convoi tout-terrain connecté. Il s’agissait de dévoiler la capacité des véhicules à communiquer entre eux, surtout s’ils sont hors de vue au détour d’un virage ou de l’autre côté d’un obstacle hors piste. Outre la localisation, elles partagent l’info au niveau du patinage des roues, la hauteur de suspension et l’articulation des roues, ainsi que les paramètres du Contrôle de progression tout-terrain (ATPC) et du Terrain Response. Si un véhicule s’arrête, les autres véhicules du convoi seront avertis. Si les roues sont bloquées dans une ornière ou dérapent sur un rocher difficile, cette information est également transmise. Dans le futur, un convoi de véhicules autonomes pourra utiliser ces informations pour adapter automatiquement ses paramètres ou même modifier l’itinéraire pour contourner l’obstacle. (source / photos ©2016 JLR)

    , , , , ,

    La rédaction vous propose...

  • Jaguar Future Type : pour doux rêveur ?
    Concept – Prévu pour 2040 ou pure vision du monde de cette époque ? Toujours est-il que Jaguar compte...
  • Audi A8, un pas de plus vers la voiture autonome
    Nouveauté – Signe des temps, l’accent de la communication est de plus en plus souvent mise sur l’aspect technologique...
  • Genève – Peugeot Instinct Concept
    Concept-car – À lire le communiqué, on doit atteindre pratiquement la fin de celui-ci pour apprendre que sous son...
  • BMW Série 5 : une génération de plus en plus indépendante
    Nouveauté – Signe des temps, après une brève intro et un minimum d’infos techniques générales, on se se farcit...
  • Les commentaires sont fermés.