Lamborghini Urus, une autre forme de superlatif !


  • Publié le mardi,05 décembre , 2017 á 6:39 | Dans la catégorie : Actualités, Essence, Lamborghini, SUV, Ultra sportive

    Par Patrick Hayot

  • Nouveauté – Il était attendu, même si il faut reconnaître que sa gestation a été chaotique. De fait, le luxe conjugué au mode SUV était déjà difficile, mais alors le conjuguer en mode ultra sport !!!!!
    Une gageur, un défi que le groupe VAG réussit puisque la marque est sa propriété depuis 1998 et qu’il a bénéficié de l’expérience acquise en la matière avec le SUV Audi Q7 décliné en Porsche Cayenne, Bentley Bentaya… et désormais Lamborghini Urus puisque les dessous font confiance à la plateforme MLB !
    C’est même le grand écart au sein de la marque puisque tous les modèles précédents et actuels sont des rases-bitume… Excepté le fameux LM002, premier 4×4 de la marque. Il n’y a donc aucun intermédiaire entre et Lamborghini joue les extrêmes avec le culte indéniable du paroxysme.
    D’ailleurs comparé l’un et l’autre est presque une faute de compétence et de connaissance car Urus n’est pas, mais vraiment pas destiné à crapahuter dans les bois et les dunes.
    Urus, c’est comme le taureau dont il reprend le patronyme : c’est de la puissance, de la force brute, une bête de combat !
    Jugez plutôt : V8 4 litres double turbo, 478 kW (650 ch) à 6.000 trs/min, régime maxi à 6.800 tours, un couple de 850 Nm disponible de 2.250 à 4.500 trs/min, un poids limité à 2.200 kg, 4 roues motrices et boîte auto à 8 rapports. C’est de la folie… Les « perfs » sont à l’avenant avec un temps de 3;6 s pour passer de 0-100 km/h, 12,8 s pour le 0-200 km/h et une vitesse de pointe à… 305 km/h.
    Tout cela entre 15,8 ou 24,8 cm du sol puisque la suspension réglable permet de se donner certaines configurations de déplacement adaptées au terrain.
    Une bête qui sait se battre, mais aussi se défendre car, comme le taureau qui biffurque au dernier moment, Urus est à ne pas suivre puisqu’il passe de 100 km/h à 0 en 33,7 m à peine !
    Il faut dire que les freins avant sont géants avec des disques carbone céramique d’un diamètre de 44 cm, une épaisseur de 4 et surtout pincés par des étriers à… 10 pistons. Du jamais vu sur un tel engin. Ils sont 7 cm plus grands que les homologues arrière dont les étriers ne comptent que 6 pistons et 1 cm de moins en épaisseur. Avec une telle monte pas étonnant de savoir que les roues sont de série de 21 pouces, pneus de 285/45 à l’avant et 315/45, mais qu’en option, il est possible de monter à 23 pouces !
    Avec un tel niveau et ne consommer que 12,7 l/100 km, soit un taux d’émission de CO2 de 290 g/km, en cycle combiné est une véritable réussite, mais aussi un sacré pied de nez au législateur qui interdit les véhicules « âgés » et donc plus pollueurs au taux bien plus bas.
    Car ce seul 4 portes de la gamme de 5;11 m de long et 2 de large va bien entendu rouler des mécaniques plus dans les beaux quartiers que dans les bois. Mais, ne le provoquez pas, il vous défiera alors sur circuit.
    À moins que vous ne déboursiez les 207.429,00 euros (Belgique) ou 200.571,93 euros (Luxembourg).
    Source Lamborghini


    Photos ©2017 Lamborghini

    , ,

    La rédaction vous propose...

  • Francfort – Lamborghini Aventador S Roadster
    Nouveauté – Lamborghini poursuit sa diversification en présentant en première mondiale au Salon de Francfort, la version décoiffée de...
  • Mansory : ressorts sport pour la… Lamborghini Huracán‏
    La dernière création de Lamborghini serait-elle devenue trop « placide » ? Pas certain et pourtant, Mansory n’hésite pas à en...
  • Lamborghini 5-95 Zagato : unique !
    Sans toucher à la mécanique, Zagato s’en remet de manière étonnante à son statut de designer et grand carrossier...
  • Les commentaires sont fermés.