Le plein de nouveautés : constructeurs, pilotes, format…


  • Publié le dimanche,09 octobre , 2016 á 9:51 | Dans la catégorie : Audi, BMW, DS, Formula E, Hors-frontières, Jaguar, Renault, Sport

    Par Patrick Hayot

  • Formula E – Ouverture de la 3ème saison en grande pompe et pleine d’optimisme puisque si Audi officialise sa présence via le team Abt qui le représentait depuis deux ans, on note aussi l’arrivée de BMW chez Andretti Formula E Team et l’entrée en scène du Jaguar Racing !
    Les constructeurs trouvent là une démonstration de leur savoir-faire quant à ce mode de propulsion, mais surtout de combler le retard par rapport à Renault qui, via l’écurie Dam’s en a fait son terrain de chasse depuis le début, soit en 2014.
    Avec succès puisque Renault e-Dams, fondée par Jean-Paul Driot et Alain Prost dès sa saison inaugurale a décroché les deux couronnes Équipes mises en jeu, tout en permettant à Sébastien Buémi de décrocher le titre Pilotes en 2015-2016.
    Car l’une des particularités de ce championnat de monoplaces électriques est de se courir sur deux années… Tout comme l’année scolaire en fait !
    L’autre, la principale, est assurée par le fait que les courses se déroulent en ville. Le tout se déroule cette année sur une journée, essais et course comprise sauf pour les manches de Montréal (Canda) et New York (USA) qui comptent deux courses – une le samedi, la seconde le dimanche.
    Et si les constructeurs y voient leur bonheur au niveau de la « com » sur cette discipline en plein essors, DS en fait partie depuis la saison qui vient de s’écouler, les capitales aussi. Et à ce titre, on peut se vanter d’avoir pour cette 3ème édition de trouver Bruxelles. La manche belge se déroulera le 1er juillet avec un tracé du côté du Heysel et l’Atomium pour centre des attentions.
    On en reparlera bien sûr, mais dès demain, c’est à Hong Kong que s’ouvre le championnat.
    La tracé de 1840 m se compose de 10 virages et d’une grande ligne droite où ces monoplaces de 880 kg maxi (pilote compris) vont atteindre les 200 km/h. Une découverte car Hong Kong est l’une des 5 nouvelles destinations de la Formula E avec Marrakech, notre capitale, les deux villes du continent américain citées ci-dessus.
    Le plein de surprise est aussi attendu du côté des pilotes où l’arrivée de « Pepito » López, 3 titres consécutifs en WTCC avec la C-Elysée, chez DS Virgin est déjà considéré comme l’événement de l’année.
    Mais il est évident aussi que cette première grille de départ sera âprement disputée puisque les prétendants à la pole et à la victoire sont nombreux.
    Dans l’ordre, faveur au champion sortant Sébastien Buémi et l’écurie Renault e-Dams. mais il y a tant de nouveautés que l’on ne peut s’arrêter là. Nicolas Prost, son équipier, se doit de passer au niveau supérieur et de viser une plus grande régularité. il progresse depuis le début avec une 6ème place finale puis la 3ème cette année. En toute logique, il devrait être en tête cette saison.
    La logique ne faisant pas forcément bon ménage en sport mécanique, cela devrait nous donner quelques surprises. En tout cas, sur le fond, le match franco-allemand pourrait être arbitré par les Anglais de chez Jaguar ou les Américains de chez Dragon. De Renault, on sait ce qu’il en est. Mais DS Virgin avec Sam Bird et José Maria Lopez ont un gros coup à jouer. Venturi continue d’évoluer et de trouver aux côtés de Stéphane Sarrazin, le pilote allemand soutenu par Mercedes (tiens donc !), Mario Engel. À surveiller.
    Sous pression dans ses moindres engagements, Audi peut compter sur sa paires habituelles Daniel Abt et Lucas di Grassi. Le premier est rapide mais brouillon; le second est vainqueur de 4 courses et surtout constant. Il a à chaque fois disputé le titre… Sauf que parfois, il pète un plomb. Comme à Londres où il harponne son adversaire. N’empêche que le constructeur aux 4 anneaux doit canaliser tout ça afin de se construire une image prop^re suite au scandale du « dieselgate » qui n’en finit pas de la poursuivre.
    Chez MS Amlin Andretti, la collaboration d’avec BMW se doit de faire des résultats. Da Costa, très régulier en finissant à 3 reprises 6ème du championnat, espère vraiment plus. Doué, Robin Frijns doit confirmer ses capacités.
    Finalement, l’outsider réel n’est autre que l’écurie américaine Dragon qui se compose de Loïc Duval et notre compatriote Jérôme D’Ambrosio. Le premier est régulier et performant, alors que Jérôme a signé deux poles et deux victoires avec cette écurie qui développe son propre groupe propulseur. Face aux constructeurs qui s’impliquent de plus en plus officiellement, c’est peut-être autant son désavantage que sa force.
    Quid de Jaguar qui a tout à prouver ? Nouvelle auto, nouveaux pilotes… Autant dire que cette première aura plus une connotation de mise en train car les autres constructeurs partent de bases connues et éprouvées. (source FIA Formula E / photos Renault e-Dams, Jaguar, Audi, DS Virgin)

    , , , , , , , , , , , , , , , ,

    Les commentaires sont fermés.