Rallye International Police – Victoire de Castermans en auto, de Toussaint en moto


  • Publié le dimanche,29 mai , 2016 á 2:20 | Dans la catégorie : Actualités, ASAF, Reportage, Sport

    Par Patrick Hayot

  • Que ce soit au classement général auto ou moto, la logique de la journée s’est confirmée avec la victoire respective de Christophe Castermans et Stéphane Toussaint.
    Pour en arriver là, ils ont dû éviter les multiples embûches d’une épreuve qui a ravi tous les participants. Le commun de l’un et l’autre a été de faire une course en deux temps. Non pas en cycle moteur, mais au niveau du tempo.
    Castermans prenait en effet pour la première fois sa Mitsubishi Lancer en main. Très différente de celle qu’il a piloté en 2014, il a pris bien soin d’y aller progressivement. Dès la 2ème étape, il faisait la différence et ne sera plus jamais menacé.
    Il faut dire aussi que la menace s’est vitre réduite à néant avec la sortie de route dès le premier kilomètre de « Bouba » et l’erreur dans la spéciale suivante de Hellings qui ne faisait qu’un des deux tours prévus.
    Pour la seconde et troisième marche du podium, la bataille a impliqué 4 pilotes : Seret, Beaufort, Cravillon et Fossion. Un véritable gang de traction composé de trois Renault Clio et une Ford Fiesta qui n’avait pour but que de voler la place de l’autre.
    Seret a fait l’exploit de mener l’épreuve au terme de la première boucle pour 6s devant Castermans, le futur vainqueur. et alors qu’il s’était construit une avance que l’on pouvait qualifier de « confortable » (plus de 20s), il partait en tonneaux dans la 3ème boucle. Fin de l’animation.
    Du coup, le trio restant s’engageait dans un conflit à coup de seconde. Beaufort haussant le ton parvenait à prendre l’ascendant sur Cravillon pour 1s avant de se lancer dans l’ultime boucle. Fossoin, en observateur, ne lâchait pas pour autant prise et restait en embuscade à une dizaine de de secondes.
    À la limite, sans pour autant la dépasser, ces trois pilotes ont fait dons d’équilibristes pour terminer exténués par cette lutte acharnée. C’est finalement Raphaël Beaufort qui tire les marrons du feux en rajoutant une seconde supplémentaire au détriment de Laurent Cravillon qui aura tout donné.
    Auteur d’une toute petite faute dans l’avant dernière spéciale qui lui coûtera 8s, Julien Fossion y laissera toutes ses illusions de podium. Dommage, mais la beauté reste dans la saine adversité de ces combattants des temps modernes.
    Plus que tout autre, Hellings doit regretter amèrement l’oubli du matin car depuis sa pénalité, il n’a cessé de signer des chronos très proches, sinon aussi bons et même mieux que le futur vainqueur.
    Des regrets également dans le clan de la famille Borlez qui cassait un cardan de la Skoda Fabia verte en début d’épreuve et qui a signé quelques top 10 de la catégorie en cours d’épreuve. Ce qui leur permettra de revenir quinzième au général.
    Outre les sorties de routes, heureusement sans gravités, on soulignera la bonne tenue de la grand-mère des bolides au départ, à savoir la NSU des Ubags père et fils. Quelques soucis ont entravés leur course, mais ils sont à l’arrivée. Classés 18ème et dernier, 7 abandons dans la boucle 3 et aucun dans la 4, ils savouraient néanmoins leur première course avec cette auto.
    Prestation 4 étoiles pour Stéphane Toussaint (KTM) qui n’a, en moto, laissé à aucun de ses rivaux le soin de prétendre à la victoire finale. Tout juste lèvera-t-il le pied… euh… mettra moins de gaz dans la dernière boucle pour s’en aller quérir une victoire indiscutable.
    Dans son sillage, à distance respectable, on assistait au duel des Stevens père et fils (Suzuki). Et après l’abandon de Michaël, le fils, on pensait Nigel en mesure de conserver sa deuxième place. Rien n’est acquis tant que la ligne d’arrivée n’est pas franchie. Hélas, le pilote anglais va l’apprendre à ses dépends dans les deux dernières boucles.
    C’est à ce moment que le Français Gabillon sonnait la charge et reprenait tout d’abord 20s avant de profiter d’une erreur de son rival dans Juprelle pour monter sur la seconde marche du podium. Le représentant de Sa Majesté devra se contenter de la dernière de celui-ci.
    Tout comme en auto, le pourcentage d’abandon frôle les 50%. En clair, cette épreuve qui sur papier semblait facile, voire banale a réservé bien des surprises. Elle a en tout cas enchanté autant les participants que les spectateurs qui ont répondu présent. A la grande satisfaction de l’organisateur qu’est le Royal Auto Moto Club de la Police de Liège. (photo : P Hayot – ©2016 auto-center.be)

    , , , , , , ,

    La rédaction vous propose...

  • Bouvy en « number 1 » aux Crêtes
    ASAF – Rallye des Crêtes – Certes, l’épreuve n’a lieu que dans un mois et demi, mais avec le...
  • Rallye International Police – Le bilan et les insolites
    Devant trouver de nouvelles contrées puisque la région d’Houffalize ne le désirait plus, le Rallye International Police a migré...
  • Rallye International Police – Etape 3 : podium toujours incertain en auto, roue libre pour Toussaint
    Entre relativité et réalité, la différence est ténue et se résume au classement général auto à quelques secondes alors...
  • Rallye International Police – Etape 2 : Castermans reprend la main, Toussaint confirme
    Après les diverses péripéties de la première étape, les choses semblent revenir à une certaine normalité au sein de...
  • Les commentaires sont fermés.