TCR Benelux - Nouveau visage en 2018 TCR Benelux - Nouveau visage en 2018

TCR Benelux – Nouveau visage en 2018


  • Publié le jeudi,28 décembre , 2017 á 4:13 | Dans la catégorie : Actualités, Audi, Circuit, Honda, Opel, Peugeot, Seat, Sport, TCR, Volkswagen

    Par Patrick Hayot

  • Nouveauté – Remodelé, le TCR Benelux proposera en 2018 une course dans la course lors de cinq épreuves du TCR Europe. Cette nouvelle formule permettra aux teams et aux pilotes d’affronter une concurrence étrangère dans des pelotons bien garnis. Le concept propose de nombreux avantages pour les amateurs de courses de sprint pour voitures de tourisme.
    En deux saisons sportives, le TCR Benelux a prouvé toute sa raison d’être. Le retour de ces vraies courses de sprint pour voitures de tourisme dans les plats pays a sportivement été une réussite. En 2017, pas moins de 6 marques différentes se sont imposées après des luttes très animées (Volkswagen, Honda, Audi, Peugeot, SEAT et Opel). Au niveau suspense, il était difficile de faire mieux ! La preuve, c’est qu’on a dû recourir à la photo finish lors d’une course à Mettet et que ce n’est qu’au terme de la 30e et dernière confrontation de la saison que le champion, Benjamin Lessennes, a été couronné.
    Plus que tout, le TCR Benelux s’est révélé être une fantastique rampe de lancement pour de jeunes pilotes – belges, néerlandais ou même étrangers – qui y ont trouvé le terreau idéal pour faire éclore leur talent au grand jour. Une ombre est toutefois venue ternir ce bilan : un nombre insuffisant d’engagés pour permettre au promoteur, Kronos Events, de poursuivre l’aventure. Mais le TCR Benelux ne disparaîtra pas pour autant en 2018 !
    Cinq épreuves sur des circuits prestigieux
    Sous l’impulsion du RACB Sport et de la KNAF, soit les fédérations belge et néerlandaise du sport automobile, le TCR Benelux proposera un nouveau visage en 2018… tout aussi attractif !
    Concrètement, le TCR Benelux fera cause commune avec le TCR Europe lors de cinq rendez-vous : Zandvoort en mai, Spa-Francorchamps en juin, le Hungaroring en juillet, Assen en août et Barcelone en octobre. Soit trois épreuves sur cinq dans la zone Benelux et deux courses sur des circuits accueillant la Formule 1 depuis plus de 25 ans.
    Au sein d’un peloton que l’on annonce bien fourni, les candidats au titre pourront non seulement affronter une concurrence étrangère toujours très relevée et – on l’espère – jouer les premiers rôles, mais ils se disputeront aussi les victoires et un titre dans un classement spécifique au TCR Benelux.
    « Comme on l’a vu lors des deux dernières saisons, le concept du TCR est une excellente formule pour les amateurs de courses sprint tant les voitures sont proches en termes de performances, ce qui offre le plus souvent des épreuves très animées », explique Xavier Schène, Directeur Général du RACB Sport. « Intégrer les rangs du TCR Europe lors de nos cinq rendez-vous garantit aux concurrents du Benelux de figurer sur une grille de départ bien garnie tout en ayant leur propre classement. Les équipes et les pilotes à qui nous avons parlé de ce projet sont enthousiastes et ils considèrent que c’est finalement une belle évolution ! »
    Un seul pilote par voiture, deux courses par meeting
    Bien évidemment, le TCR Benelux suivra en tous points les règlements technique et sportif du TCR Europe. Ce qui signifie par exemple que les concurrents disputeront deux courses de 25 minutes et qu’il y aura un seul pilote par voiture, celui-ci gérant son week-end à sa guise.
    « C’était un souhait récurrent des participants », explique Hans Hugenholtz, vice-président de la KNAF. « Le grand avantage est que ceux qui s’inscriront au TCR Benelux pourront aussi marquer des points dans le TCR Europe et, pourquoi pas, jouer les deux championnats. Je suis très heureux que le calendrier comporte deux des plus beaux meetings aux Pays-Bas. C’est important pour nos pilotes et nos équipes qui ont investi dans le TCR Benelux ces deux dernières années. »
    On l’imagine, un travail de longue haleine a été mené ces dernières semaines. La révélation du calendrier n’est pour l’instant que la face cachée de l’iceberg.
    « En tant que RACB Sport et KNAF, nous voudrions remercier WSC, le promoteur du concept TCR, TCR Europe Ltd, mais aussi les circuits pour leur approche constructive », se réjouissent Xavier Schène et Hans Hugenholtz. « Nous travaillons bien évidemment sur d’autres domaines, comme les retombées médiatiques par exemple, mais il est encore trop tôt pour en parler. Promis, d’autres informations suivront très prochainement. »
    Source TCR Benelux


    Photos ©2017 J Letihon
    Calendrier TCR Benelux 2018
    Meeting
    Dates
    Circuit
    Lieu
    1.520-21 maiCircuit ZandvoortNDL
    2.59-10 juinCircuit de Spa-FrancorchampsBEL
    3.57-8 juilletHungaroringHUN
    4.518-19 aoûtTT Circuit AssenNDL
    5.520-21 octobreCircuit Barcelona-CatalunyaESP

    Le comment du pourquoi
    ]Plombé par une situation financière délicate, Marc Van Dalen (Kronos Events) a jeté l’éponge au terme de sa seconde année quant à l’organisation du TCR Benelux. Si l’idée de départ était belle, il est regrettable que certains teams ont torpillés ce championnat… sans s’en rendre compte ou pas.
    En effet, voulant rentrer directement dans leurs frais, certains n’ont pas hésité à demander d’entrée de jeu 90.000 euros pour la première saison, soit… le prix du bolide de course en lui-même. La seconde année n’en parlons pas trop puisque le renouvellement du vivier de pilote n’a même pas eu lieu.
    Retour à l’An 1
    Il y a eu aussi l’aberration du règlement qui voulait que l’on parte d’un tout nouveau « produit ». Et l’exemple le plus frappant est celui de la Honda Civic Type-R. Même Olivier Lainé, vu sur le stand de la marque lors de la présentation officielle n’en revenait pas. Il faut dire que quand je lui annoncé le prix de 34.000 euros pour la voiture de série… Il est tombé des nues.
    Car le raisonnement était le suivant : achat de la voiture, arceau, démontage de l’intérieur et revente pour financer le siège baquet et les accessoires de sécurité, préparation moteur et vente de la transmission et suspension pour financer les nouveaux éléments, idem pour les freins roues et… il était possible de faire une Civic TCR pour 65 à 70.000 euros. Soit 20 à 25.000 d’économiser et qui auraient pu être investis dans les frais du championnat.
    Autre cas de figure – Si le pilote était capable de trouver 90.000 euros pour payer la location de la voiture à un team… Autant l’acheter sois-même et de la louer à un second pilote payant qui  aurait ainsi financer la saison du titulaire de l’auto.
    Survivre l’An 2
    Autre revers pour l’organisateur : les prix des bolides qui ont augmenté en 2017. Alors qu’il était dit que cela resterait sous les 100.000, on a vu, notamment Audi et Volkswagen (VAG Group) proposer une version de base sous cette barre et deux « évos » dont le prix grimpait, selon l’option, à 129.000 euros !
    Incapable d’empêcher cette politique financière de la course à l’armement, il était presque inéluctable qu’un championnat national, Benelux pardon, ne pouvait tenir le rythme.
    Sauf que l’investissement est fait et qu’il faut maintenant le rentabiliser !
    Alors en route pour 2018 !

    , , ,

    Les commentaires sont fermés.