Total 24 Hours of Spa : Comme un mauvais film


  • Publié le samedi,25 juillet , 2015 á 8:40 | Dans la catégorie : Bentley, Blancpain Series, BMW, Ferrari, Lamborghini, McLaren, Mercedes, Nissan, Porsche, Sport

    Par Patrick Hayot

  • Depuis le matin, les vannes célestes se sont ouvertes sur le pays. D’un côté, c’est râlant; de l’autre, que serait Francorchamps sans une goutte de pluie ? Sauf, qu’il y a en tellement que les pilotes en ont déjà ras-le-bol avant de prendre le départ.
    J’en conviens, ce n’est certes pas agréable de rouler dans de telles conditions, mais la météo, si elle sait se faire espérer, elle ne se laisse pas commander.
    Du coup, c’est elle qui dicte sa loi et d’imposer un départ sous safety car, juste de quoi prendre la mesure de l’état de la piste.
    L’information a été bien traitée par les McLaren puisque les deux 650s ont rapidement pris le commandement, la 58 devant la 59; la première se ménageant même une petite avance confortable comme protégée également par sa comparse.
    Et ce sont les Audi, que l’on voyait normalement devant qui se mettaient en chasse. Le duo composé de Stippler (2) et Rast (1) ne pouvait cependant pas suivre le rythme à la régulière alors qu’au Combes, il y a déjà du grabuge entre l’Audi #3 et la 75 qui vont au contact et qui se termine par un tête-à-queue de la seconde au cœur du peloton. Passant à gauche pour l’éviter, la Ferrari #52 est quand même légèrement heurtée à l’arrière droit. Heureusement, personne ne viendra percuter Vervisch en bien fâcheuse posture.
    Conséquence de la touchette ? Toujours est-il que cette même Ferrari #52 fait l’actualité pour une seconde fois au virage de Bruxelles en partant en tête-à-queue et de finir sa figure libre dans le bac à graviers. Villander aura cependant la chance d’être remis en piste par les commissaires puisque l’auto, qui se trouve en fâcheuse posture, n’a rien touché.
    Mais l’attention était portée sur la remontée de la BMW 45 du Marc VDS Racing puisque Maxime Martin entamait sa remontée et de se payer le scalp des Bentley de Smith et Soulet.
    Et alors que l’on approchait de la demie-heure, le premier incident se produisait aux Combes. L’auteur n’a rien compris à ce qui lui arrivait et au vu des images embarquées, effectivement la surprise a été de taille. Arrivant au point de freinage, Gilles Duqueine rétrogradait de 6 en 5, avant de faire dans la foulée la même chose pour se retrouver sur le 4ème rapport. La réaction à ce moment précis a été violente et envoyait la Ferrari 90 dans le rail, de rebondir et finir sa désagréable péripétie par une série de pirouettes. Heureusement le pilote hémiplégique s’en sort bien puisqu’il sera seul en cause, malgré la présence d’un peloton compact. En attendant, la 458 française est en pleine échappatoire des Combes et impose logiquement la sortie de la safety car. La première.
    Et là le couac !
    Sans en comprendre la logique, la synchronisation entre les 2 safety cars est « étrange » puisque la première contrôle le trio de tête composé des McLaren 58 et 59, et l’Audi R8 #1, rapidement rentrées au stand pour un ravitaillement. La seconde a à sa charge le reste du peloton. Et voilà comment les poursuivants menés par l’Audi #2, la Ferrari #11 et la BMW #45 ainsi que tous les autres se retrouvent renvoyées à 1 tour sans fioritures !
    Comme l’an passé, et on le redoutait quelque peu, après une longue interruption, bis repetita !
    Coup du sort ? Lieu maudit ? Toujours est-il qu’à peine la course relancée, c’est Karim A. Ojjeh qui connaît exactement la même mésaventure et au même endroit, obligeant une seconde intervention de la voiture de sécurité. D’autant plus justifiée que la BMW # 15 du Boutsen Ginion a perdu pas mal de pièces tant le choc a été lui à nouveau très violent !
    Et pendant que les commissaires ramassent le puzzel du bolide noir et orange, les stratégies au sein des teams sont au rouge. Et si les McLaren et l’Audi #1 étaient rentrées dès la première intervention, certains des rivaux faisaient de même avec la difficile décision de la monte de pneus à opter puisque le ciel se montrait enfin plus clément… Quoique, cette réflexion est toute relative.
    Pourtant, la trajectoire s’assèche petit à petit et met tout le monde dans l’embarras. Slick or not ? Telle est la question.
    Il est vrai que l’accalmie a quelque réconcilié pilotes, mais aussi spectateurs avec ce début de course à la saveur très particulière de l’ennui tant les safety car sont là pour restreindre la vitesse à 80 km/h. Par contre, alors que les rails de sécurité sont boulonnés par section, il était étonnant de voir les ouvriers user du chalumeau pour débiter certaines d’entre elles en menus morceaux. Eh oui, touchés par deux fois, ceux-ci sont dans un piteux état.
    Bref… entre ennui et fatalité, il fallait faire preuve de patience autour du circuit et d’opportunité en piste car, il ne faut pas l’oublier, la course continue même si jaune clignotant est général sur la piste. Ainsi, par le truchement des passages au stand au meilleur moment afin de profiter de la safety car, on a vu apparaître en tête la Ferrari 458 #11, mais aussi la Mercedes SLS AMG #29 de notre compatriote Nico Verdonck et de ses acolytes. Elle cédera le commandement un peu plus tard aux Bentley officielles. Des prises de pouvoir furtives et parfois déconcertantes puisque les BMW du VDS étaient pointées quant à elles pendant ce temps aux 45 et 47ème places !
    La course reprendra ses droits, mais de se voir rapidement bridée par d’autres sorties et donc de longues rondes sous régime de safety car pour les rescapés.
    Au premier quart de course, le temps réel de celle-ci n’était que de 55%. Et vive le spectacle… (photos F Echement – auto-center.be)

    , , , , , , , , , , , , ,

    La rédaction vous propose...

  • La fin d’une histoire pour Marc VDS Racing Team
    Le célèbre félin qui a fait la réputation du Marc VDS Racing Team sera absent l’an prochain de la...
  • Total 24 hours of Spa : « Tous nos espoirs réduits à néant en une seconde »
    Nico Verdonck avait toutes les raisons de croire en un bon résultat lors de la 67e édition des Total...
  • Total 24 Hours of Spa : La Z4 à la retraite avec les honneurs !
    On n’y croyait plus ! Surtout au moment de l’abandon de la 45 alors en tête et de se...
  • Total 24 Hours of Spa : VDS à nouveau en tête !
    Catsburg le magnifique… Hum, ça sent bon la superproduction et de visionner un film à succès ! Revenant à...
  • Les commentaires sont fermés.